Moose Project > Processus hydrodynamiques et caractérisation des masses d’eau

LE DEFI

Pour suivre et évaluer l’impact du changement climatique sur cette région méditerranéenne le défi est  de correctement échantillonner:

  • le courant ouest-Corse
  • le courant nord, et sa recirculation au sud qui constituent le Gyre Nord,
  • les échanges côte/large, y compris les épisodes de cascading,
  •  la formation d’eaux profondes / intermédiaires au large
  •  la ventilation des eaux de fond
  • des structures (sub)méso-échelle (tourbillons, filaments)


 

La prise en compte de ces processus est nécessaire pour suivre l’évolution de la circulation thermohaline, les bilans de chaleur ainsi que des estimations de stocks pour les variables biogéochimiques.  L’approche choisie se veut être multi-échelles et prend en compte les circulations des trois masses d’eau (de surface, intermédiaire et profonde) de ce bassin.

Il s’agit de quantifier la variabilité de cette région à l’échelle du bassin et au niveau (sub)méso-échelle et de la corréler aux formations d’eaux profondes (convection profonde dans le Golfe du Lion) ainsi qu’aux effets dûs au couplage physique-biogéochimie. Une meilleure caractérisation des propriétés physiques et biogéochimiques est nécessaire pour observer les impacts sur la circulation côtière, la circulation thermohaline et les cycles biogéochimiques (incluant le niveau de production primaire).

L’objectif est donc de maintenir un réseau de stations fixes (lignes instrumentées, bouées de surface, radars, sémaphores), de plateformes mobiles autonomes (gliders), et de répéter des mesures et la collecte d’échantillons à partir de navires de la flotte océanographique française côtière (suivis mensuels MOLA, ANTARES et DYFAMED) et hauturière (suivi annuel MOOSE-GE).

En savoir plus