Moose Project > Les mouillages > Les mouillages MOOSE

Le réseau de lignes de mouillages profonds est l’un des « socles » du réseau d’observation MOOSE. Des mesures hydrologiques complémentaires sont obtenues en sub-surface (0-250 m) à partir de capteurs installés sous les bouées Météo France (bouées ODAS Cote d’Azur et Lion).

1) Ligne Dyfamed (zone Ligure, 43°25N 7°52E) :  La ligne de mouillage Dyfamed existe depuis 1988 pour suivre l’impact des dépôts atmosphériques sur la pompe biologique et le cycle des éléments trace (processus d’export, reminéralisation). Cette lignecomporte des capteurs CTD Seabird (SBE37 et SBE56) pour les mesures hydrodynamiques (de 170 à 2000m), de courantomètres (Nortek Aquadopp) et de deux pièges PPS5 (Technicap prélèvement tous les 15j) installés à 200 et 1000m pour les mesures biogéochimiques (voir partie Déroulement Prévisionnel). Le traitement des échantillons de pièges à 200m et 1000m est réalisé par la Cellule Pièges de l’INSU.

2) Lignes LION/42N5E (zone golfe du Lion, 42°02N 04°40E) : Cette ligne a été mise en place en Septembre 2007 dans la partie profonde du Golfe du Lion pour observer la variabilité de la convection hivernale afin de mieux cerner les processus de mélange et de formation d’eau profonde. Cette ligne est constituée de capteurs hydrodynamiques (21 Microcat Seabird et RBR), de courantomètres (5 aquadopp) déployés entre 50 et 2350 m (voir partie Déroulement Prévisionnel). Une microcat installée proche du fond a été incluse dans le réseau Hydrochanges soutenu par la CIESM. 

3) LIONCEAU (zone golfe du Lion) : Ce mouillage de fond court (voir partie Déroulement Prévisionnel) deployé pour caractériser la variabilité de l’intensité et la qualité des flux de matière particulaire profonds, est localisé approximativement à 7 miles à l’E-SE du mouillage LION. Mis en place depuis juin 2011, il est complémentaire de la ligne longue LION. Il comporte un piège à particule PPS3 à 12 godets situé à 30 mètres du fond. Sa maintenance est entièrement assurée lors des campagnes MOOSE-GE. L’intérêt de mesures des flux profonds dans la zone de convection a été mis en évidence à l’aide de mesures obtenues à partir d’une ligne de mouillage déployée entre 2007 et 2009 et qui a servi de base à la ligne LION actuellement en place au sein de MOOSE. Rn 2019, la ligne LIONCEAU a été intégré à la ligne LION.

4) Lignes BILLION (Canyon Lacaze Duthiers 42°25.700’N 03°32.650’E  et Le Planier 43°02.320’N 05°11.270’E) : BILLION est une opération de suivi à long terme des conditions hydrologiques, hydrodynamiques et des flux particulaires sur la pente continentale du Golfe du Lion, réalisé au niveau de deux canyons : les canyons du Planier et de Lacaze-Duthiers. Ce suivi représente une des composantes de la plateforme d’observation maintenue par le CEFREM pour caractériser la variabilité spatiale et temporelle des transferts de matière depuis les bassins versants des fleuves vers la zone côtière et jusqu’au bassin profond. Cette plateforme comprend une station sur un fleuve côtier, une bouée multi-instrumentée en zone littorale, et les deux lignes instrumentées BILLION sur la pente continentale. Les 2 lignes  de mouillages sont équipées de courantomètres et de pièges à particules séquentiels à 500 et 1000 m de profondeur et sont localisées aux extrémités orientale (Canyon du Planier au large de Marseille) et occidentale (Canyon du Lacaze-Duthiers au large de Perpignan) du Golfe du Lion (voir partie Déroulement Prévisionnel). Les données acquises fournissent des informations sur les conditions hydrologiques (température), hydrodynamiques (vitesses et direction des courants), l’intensité et la composition en éléments majeurs des flux particulaires (Carbone organique et Carbone inorganique, azote, opale, fraction lithogène et de certains traceurs biogéochimiques).  

5) Bouées Météofrance  AZUR (43.38°N, 4.68°E) et LION (42°N ; 4°40’E) : Dans le cadre du programme HyMeX, les deux bouées Météofrance  AZUR et LION  ont été équipées de capteurs hydrologiques (T/S) entre la surface et ~200m de profondeur, échantillonnant ainsi la couche de subsurface inaccessible aux autres mouillages outre les mesures de vent, de température/humidité de l’air, de vagues et de flux effectuées dans un cadre méteorologique opérationnel.