Moose Project > Les paramètres MOOSE-GE

Mesures acquises sur le réseau de stations CTD

Des observations en continu (température et salinité de surface à l’aide du thermosalinographe) et courantométriques jusqu’à ~100 m (ADCP de coque) seront acquises en routine.

Des observations discrètes en stations hydrologiques, biogéochimiques et biologiques sont réalisées selon 3 formats (cf tableau xxx niveaux de prélèvement);  profils CTD, courantométriques (L-ADCP), spectre de taille des particules et identification du zooplancton (UVP5), prélèvements d’eau par rosette, traits de filets à plancton (taxonomie du zooplancton), sont réalisées .

 Profils CTD:

La rosette sera munie d’une CTD SBE 911+ et utilisera une configuration permettant de mesurer les paramètres suivants :

  • Pression, Température, Conductivité (Capteurs CTD primaire et secondaire)
  • Chlorophylle a (Fluorimètre)
  • Turbidité et contenu en carbone particulaire (Capteurs optiques)
  • Radiation photosynthétique (Capteur PAR)
  • Concentration en Oxygène dissous (Capteur électrochimique)
  • Comptage des grosses particules et spectre de taille (Profileur Vidéo Marin, UVP5)
  • Identification du zooplanction (>60μm) par imagerie (UVP5)
  • Courants (L-ADCP).

Prélèvements d’eau avec la rosette

La rosette comportera 11 bouteilles Niskin standard de 12 litres. Il est prévu 6-11 niveaux pour l’analyse des variables suivantes :

  • Eléments minéraux biogènes : sels nutritifs, NO3, NO2, PO4, Si(OH)4, NH4
  • Oxygène dissous, TCO2, alcalinité totale, pH, pigments par HPLC

Traits de filets à plancton

Un trait de filet à zooplancton à 100m permet de collecter des échantillons de zooplancton.

Choix des stations Nutriments

Les échantillons sont prélevés pour analyser leurs concentrations en Nitrates, Nitrites, Phosphates, et Silicates à chaque station et à toutes les profondeurs de prélèvement.

Choix des stations oxygène:

Les mesures d’oxygène dissous lors des campagnes MOOSE-GE sont essentielles pour contraindre à la fois les phénomènes de mélange et de ventilation dans le but d’estimer un volume d’eau dense formée après chaque convection hivernale. Il permet également de tracer la répartition de cette nouvelle masse d’eau dense dans le bassin nord occidental. Enfin dans les couches intermédiaires (300-400m), le minimum d’oxygène dissous révèle la présence de la LIW et les changements subis par cette dernière lors des phénomènes de mélange/convection. Pour avoir des données précises, les mesures faites par le capteur embarqué sur la bathysonde (SBE43) ne suffisent pas. En effet les dérives subies par ce capteur (bio-salissure sur les électrodes) nécessitent des mesures in situ réalisées en parallèle (méthode Winkler). Ceci permet d’ajuster in fine les coefficients de calibration du capteur. Pour ce faire, des prélèvements d’eau de mer sont réalisés sur une station par jour sur 11 profondeurs afin de calibrer l’ensemble du profil enregistré par le capteur.

Choix des stations AT-CT (DIC):

Les mesures AT-CT sont utiles pour estimer une pression partielle de CO2 et également pour estimer la fraction du carbone anthropique dissous dans l’océan (modèles TROCA ou TTD). Pour la campagne MOOSE-GE, l’objectif est d’estimer la variabilité du carbone inorganique dissous (DIC) dans la colonne (surface-fond) impacté par les changements de masses d’eau et son évolution sur le long terme, ceci ayant un rôle clef dans la problématique de l’acidification de la Méditerranée. Pour bien contraindre la variabilité du CO2 dissous dans le bassin nord occidental, il est essentiel de bien échantillonner chaque année, les radiales nord-sud du bassin. Dans le réseau MOOSE-GE, nous nous sommes focalisés sur 2 radiales types : Nice-Calvi (passage d’une branche de la LIW) et Minorque-Marseille. Pour une observation complète le long de ces radiales, il est essentiel d’avoir une bonne résolution verticale (11 niveaux) et horizontale (stations côte-large situées tous les 5-40km). Ces 2 radiales complètent le réseau Med-Ship qui échantillonne tous les 3-5 ans tout le bassin Méditerranée d’est en ouest et dans le sud de la Méditerranéee (Tanhua et al.).

Choix des stations Pigments et Tchl-a

Les mesures de pigments sont utiles pour estimer la qualité des organismes planctoniques. Des mesures de Chl-a à partir des échantillons permettent de calibrer le fluorimetre embarqué sur la bathysonde à toutes les stations. L’analyse des pigments est réalisée 1 fois par jour, à peu près toutes les 5 stations, et de manière distribuée sur le réseau de stations en suivant le contraste côte-large dans tout le bassin. Les stations sont réalisées en priorité au large et aux extrémités côtières du réseau de stations « grande échelle ».

Choix des filets à zooplacton et stations UVP

Les mesures de particules et de zooplancton sont réalisées avec le Profileur Video Marin (PVM ou Underwater Video Profiler, UVP) à toutes les stations (mesure d’abondance de taille des particules et images d’espèces  zooplanctoniques > 60µm). Une dizaine de filet à zooplanction sont réalisés pendant la campagne. Ils sont réalisés autour de midi sur 0-100m au large et aux extrémités côtières du réseau.