Moose Project > INTRODUCTION FR

aaa

Les conséquences attendues du changement climatique en Méditerranée justifient pleinement un suivi accru du milieu marin côtier et du large. Il y a là un important enjeu scientifique pour mieux comprendre et analyser les différentes composantes de cet écosystème et une forte demande sociétale de la part des pays riverains avec une volonté affichée de mettre en place  une véritable stratégie européenne pour l’observation de la Méditerranée. Dans ce cadre, l’objectif du réseau MOOSE est de maintenir un système d’observations, multi‐site et intégré, destiné à suivre l’évolution du bassin nord-occidental de la Méditerranée (mer Ligure, golfe du Lion, bassin Provençal) dans le contexte des changements globaux (climatique et d’origine anthropique).

Des observations régulières sur de longues périodes apparaissent de plus en plus comme un moyen indispensable d’accompagnement de la recherche. En effet, pour l’ensemble des environnements naturels, il est nécessaire de comprendre leur fonctionnement fondamental, de prévoir les évolutions possibles à différentes échelles de temps et de construire des modèles de prévision qui devront assimiler des données fiables.

Dans le cadre de l’initiative multidisciplinaire du CNRS «Chantier Mistrals» concernant la Méditerranée, certaines questions scientifiques clés adaptées à un système d’observation à long terme ont été identifiées, en lien avec trois projets principaux océan-atmosphère: HYMEX qui s’intéresse au cycle de l’eau ; MERMeX qui vise à approfondir la compréhension actuelle des écosystèmes marins méditerranéens; ChArMeX un projet régional sur la chimie de la troposphère et les aérosols en Méditerranée. Cependant, comparé à ces actions programmatiques, MOOSE se veut être un système d’observation à long terme (sur plus de 10 ans) afin de pouvoir observer et identifier les changements de l’écosystème marin méditerranéen.

MOOSE, construit comme un réseau d’observation à plusieurs échelles, repose désormais sur un système multi-sites de stations fixes du plateau continental et des grands fonds, ainsi que sur des plates-formes lagrangiennes et mobiles pour observer la variabilité spatio-temporelle des processus d’interaction les composantes continent-océan-atmosphère. Il inclut une surveillance à haute fréquence afin de documenter avec précision le large spectre d’échelles temporelles et spatiales des processus physiques majeurs et de les relier aux principales caractéristiques de la circulation déjà identifiées (gyres à l’échelle du bassin, tourbillons, provinces biogéochimiques). MOOSE fournit et gère des séries chronologiques à long terme, ensemble de données permettant de mettre en évidence les tendances climatiques, tout en fournissant un important flux de données temps réel soutien à l’océanographie opérationnelle.

Un tel plan stratégique national renforce les synergies entre les 3 observatoires français de la façade méditerranéenne: Banyuls/mer (OOB), Marseille (Pythéas), Villefranche / mer (IMEV) associés au LOCEAn (Sorbonne Université), afin de couvrir tous les processus physiques, chimiques et biologiques qui jouent un rôle clé dans l’écosystème marin. Dans ce contexte, l’un des principaux objectifs de ce réseau est de contribuer au partage des ressources et de mieux coordonner les efforts requis en favorisant la définition et le développement d’un réseau technique commun associant le service technique de l’INSU (DT-INSU) et l’IFREMER.

aaa